Putain d'ange

Publié le par Joëlle Pétillot

Putain d'ange

L’humanité qui boite au mur

Appuie ses rêves en haillons

Sur le béant de ses blessures

J’aimais

Hommes touchants de mésusage

Toucher

En fée des chapardages

Vos corps tendus

Vos mains-carnages

Je happais depuis la fenêtre

Où je guettais

Vos pas-sonnettes

Votre montée vers mon étage

J’aimais

Ombres de maris ô marins

Voguer

Sur l’ombre de vos reins

Mes bras dressés

En étendard

Déplier loin votre regard

J’aimais

Mordre dedans vos solitudes

Clouer le rouge sang des lèvres

A l’ourlet

De vos phrases blêmes

Vos râles froissés comme un drap

Entre mes cuisses de combat

Sous ma peau

Mes muscles de chèvre

J’aimais

Oui j’aimais tout cela

Reine pute dans la lumière

Guettant vos cris sous ma crinière

J’aimais

Vos morsures

Vos entraves

Vos lâchetés

Mes rats de cave

Vos larmes sans enfance, o gué

Et ce poignard

Que je cachais

Pour vous épingler de sa lame

Pour recueillir en un baiser

Le tout dernier

Rebond

De l’âme

Vos agonies

Superposées.

 

Publié dans Trousse-chemise

Commenter cet article

nisette 27/12/2015 16:40

quelle délicatesse... tout est beau ici.

Deschamps Michel 28/10/2015 21:41

J'aime beaucoup !.. Je me souviens... "mes rats de caves"... Vos larmes sans enfance, ô gué = c'est tellement vrai !, et ce poignard... Que je cachais, pour recueillir en un baiser le tout dernier rebond de l'âme..! = Mme, je vous ai connue ou reconnue.. "Histoire de Passion" à l'extrême..! C'est bon de le revivre juste un instant. Merci !.

jeljari 29/09/2014 09:57

(y)

Chome 01/07/2014 15:53

J'avais illustré mon commentaire. Ça n'a pas marché. Tentons le lien:
http://youtu.be/o4Q91JQ_od8

Chome 01/07/2014 13:16

Torride. "Le meilleur, c'est quand on monte l'escalier" dit-on ; la suite n'est pas mal non plus. Des cuisses qui comme des truites vives se retrouvent nageuses de combat, de quoi "crier sous la crinière":

J'attend avec impatience la suite, et le dessin qui va avec.

Hélène Py 01/07/2014 08:46

Elle est savoureuse de sensualité ta "Salomé" avec ses "muscles de chèvre" (j'adore !)