Petite chronique des grandes hontes, 8. La chair de ma chair, oups !

Publié le par Joëlle Pétillot

Il était une fois dans une vie très ancienne, parce que mon unique fille, désormais femme radieuse, était alors une frimousse de treize mois et quelques...

Après une journée de travail bien remplie, et sans doute préoccupée par un dossier importantissime tombé depuis dans un océan d'oubli (le boulot de l'époque me passionnant hautement, j'allais au bureau avec un poids de vingt cinq kilos par lacet de chaussure) je regagnai mon chez moi.

Je me dois de préciser que le chez moi en question se trouvait dans l'enceinte de l'établissement hospitalier où je sévissais.

Pour bien faire comprendre le reste, il me faut donner des détails topographiques de premier ordre.

Je devais d'abord traverser une partie de l'hôpital, immense : plus grand centre gérontologique d'Europe, se gargarisaient les médecins locaux d'alors; à noter, certains avaient la fraîcheur de leurs patients -on les surnommait les narco-gériatres, terme trouvé par l'esprit affûté d'un psychologue ami- mais c'est une autre histoire.

Bon, dix-sept hectares de parc, quand même.

Je traversais la surface susdite pour une raison de moins d'un mètre, blonde et souriante, dont le babil délicieux et la bouille charmante augmentaient d'autant mon impatience:

Cette petite adorable était ma prolongation. En clair, ma joie de quitter un bocal où je m'ennuyais à périr se doublait de celle d'aller chercher ma fille à la crèche.

Tout s'est déroulé ce jour là suivant les phases usuelles :

- Entrée dans le mini-monde, papotage avec les puéricultrices, rhabillage, trajet à pied dans l'autre sens pour retrouver mon nid, où deux garçons, aînés de la blondinette, l'attendaient avec un enthousiasme plus modéré que le mien, eu égard à sa tendance à jouer de manière quelque peu pataude avec des robots/ lego/playmobil pirates, qu'elle pulvérisait avec un sourire désarmant. Les frangins appréciaient moyen, mais enfin, je l'avais mise au monde, je devais donc la garder et la nourrir ne leur en déplaise; c'était bien le moins.

- Trajet dans l'autre sens, donc, toujours dans l'euphorie, chansons pour la petite qui parle yaourt dans sa poussette parapluie. Youpie, journée finie.

- Arrivée devant mon immeuble. Petit, quatre étage, deux apparts par étages, dont toutes les habitantes m'étaient connus, et deux particulièrement chères. Des amies, quoi, partageant le sort de "personnel logé" qui était le mien.

- Rituel vespéral : entrée dans la cour de l'immeuble sur laquelle, détail crucial, donnaient les fenêtres des salons, puis virage à gauche toute vers un petit local à vélo perpendiculaire à l'immeuble, rangement de la poussette, fermeture à clé du local, montée vers l'entrée, retrait du courrier dans le petit hall.

Rituel observé comme ils le sont tous: à la lettre.

Sauf qu'en rangeant la poussette dans le local, j'avais laissé ma petite dedans.

En fermant à clé tout bien comme il faut.

Jamais, je dis bien jamais, et ce n'est pas une clause de style, jamais je n'ai fait un demi-tour aussi rapide. Précipitation, ré-ouverture de porte, retrait de la môme, tout n'a pas du prendre plus d'une demi-seconde, y inclus ma prière pour qu'aucune voisine mettant le nez à la fenêtre à ce moment précis, (ce à quoi en rangeant ma fille dans le local je n'avais évidemment pas pris garde) ne m'ait vue faire.

J'ai ouvert la petite ceinture (oui, elle était toujours attachée dans sa poussette), récupéré mon enfant avec une fébrilité au bord du sanglot j'ai refermé le local d'une clé tremblotante remonté vers l'entrée le cœur dans la gorge en serrant très fort ma blondinette hilare.

Depuis, elle va bien, merci.

Même pas eu besoin d'un psy. Que-dalle.

L'équilibre, l'énergie incarnée.

Elle est forte, ma fille.

Petite chronique des grandes hontes, 8. La chair de ma chair, oups !

Commenter cet article

Iléã 25/10/2014 12:52

Oups !!!

Marie-Cécile Objectivement Nature 23/10/2014 21:12

"L'habitude nous joue des tours..."
La grande honte là ! Oui, je n'invente rien, c'est le titre...

Hélène Py 19/10/2014 20:44

Les deux mon capitaine (pour la force !). Un tour de passe-passe, ni vu ni connu j'tembrouille ! elle n'a vu qu'du feu la petiote, même pas peur ! la plus traumatisée c'est toi... c'est-y pas dieu possible de surmener les mères comme ça ?

Les caprices de Cachou 19/10/2014 10:09

Encore un coup maléfique des plays-mobils : ils t'ont tenté de te pirater l'esprit, je ne vois que ça ... Toi aussi, tu es forte : c'est dur pourtant de résister à leur emprise ! Surtout si l'ego s'en mêle.