Passage des innocents

Publié le par Joëlle Pétillot

Hebergeur d'image


Hebergeur d'image


Marcher dans cette obscurité revient à se mettre en danger, entendre les nocturnes pousser leur longue note acérée ou funèbre ; ce cri lourd de tant de douleur que la peur d’eux les a vus, en une époque supposée plus barbare que la nôtre, crucifiés aux portes des églises. Comme si tuer un seul d’entre eux revenait à effacer tous les cris de ce monde et les peurs qu’ils réveillent. Mais peut-être ignorait-on alors que la peur se réveille toujours ?  




Hebergeur d'image


Hebergeur d'image


Hebergeur d'image

Hebergeur d'image


Hebergeur d'image

Publié dans poésimages

Commenter cet article

franek 31/01/2016 16:57

la nuit est l'aube des poètes, l'insomnie son inspiration , cette quête des rêves enchanteurs au travers du prisme d'un spleen nuageux , suivre la course des nuées jusqu'à l’épuisement des sens sur l'horizon des doutes