Carnet des lointains ailleurs - 4 - et dernier

Publié le par Joëlle Pétillot

Carnet des lointains ailleurs - 4 - et dernier
Carnet des lointains ailleurs - 4 - et dernier
Carnet des lointains ailleurs - 4 - et dernier

Les marches volent vers la colline. 

En haut un temple immémorial oppose son immobilité à la mouvance des hommes. 

La vague monte et descend dans un glacis de sons et de couleurs mêlées. 

Le petit sanctuaire, au bout de la montée, n'est qu'une étape. 

Elle passée, il faut pousser plus haut l'attente, plus haut les muscles, plus haut le corps. 

Et baisser la voix.

Carnet des lointains ailleurs - 4 - et dernier

Toutes les hauteurs ne se ressemblent pas. 

Mais dedans, le même appel, la même folie. 

Hauteur égale ... puissance ? Immortalité ? Provocation envers ces dieux pourtant accessibles, ici, 

et, tout bien considéré, Bouddhisme ou Shinto, assez peu tutélaires ? 

Ces altitudes de verre impressionnent. Elles n'écrasent pas. 

Pourtant, quand le sol vibre sous les pas...

 

Carnet des lointains ailleurs - 4 - et dernier

Le jongleur, toujours. 

Tout bouge autour, comme si son espace dansait avec lui. 

Mais pas elle. 

Cette petite rondeur bien plantée dans ses bottes chaudes, les bras ballants et la bouche entr'ouverte, ne me verra pas. 

Elle ne voit que lui. 

Elle est ailleurs, en haut. 

Tout en haut d'elle-même. 

 

 

Carnet des lointains ailleurs - 4 - et dernier

J'aime les passages. 

Celui-ci n'en est pas tout-à-fait un. 

Il y a la lumière étroite qui force la pénombre.

Les silhouettes mouvantes : des êtres éphémères 

se hâtant dans un coeur de ville 

qu'ils traversent comme des danseurs quand peut-être

ce coeur les broient. 

Carnet des lointains ailleurs - 4 - et dernier

Ainsi va ce pays, de building en sanctuaires, de Bouddha géant en camphrier crucifié d'élagage. 

Le Bouddha domine, pose sur Kamakura sa sagesse un peu sévère. 

L'arbre marque le point de départ pour monter vers lui, en quelque sorte. 

La bouche d'ombre. Au bout, l'Éveil...

 

 

 

Avançons dans cette ombre et sois mon compagnon.

 

 

Dédicaces à l'envers, encadrés d'orange, par ordre d'apparition :

Jean-Yves MASSON, onzains de la nuit et du désir, CHEYNE éditeur

Pierre PERRIN, UNE MÈRE, Le cri retenu, Cherche-midi éditeurs.

Phrase d'épilogue : extraite de "Ce que dit la bouche d'ombre" Les contemplations, Victor Hugo.

Merci à ceux qui ont suivi ces carnets.

Publié dans poésimages

Commenter cet article

Pata 13/02/2017 11:42

On aime, quand tu te fais l'auteur des hauteurs ^^

Merci pour ce voyage partagé Joëlle, où les dieux cohabitent avec les enfants et ceux qui savent capter leur regard !

Bruno FortuneR 13/02/2017 07:24

beau pays de contraste, si bien mis en images et en mots

Nouvel (Mauron ) 05/02/2017 09:49

Délices du voyage, Joëlle, comme à chaque fois. Et cette petite fille droite dans ses bottes et pas plus grande quun thermos (ainsi disait -on en Chine ) te ressemble. Fascinée par le jongleur et par cet équilibre précaire. Je me suis attarde sur le mont Fuji , devant mes yeux, jen ai un petit, le Ventoux, tout couvert de neige et de brume ce matin. J'y voyage.

socha 04/02/2017 17:07

Ne sommes nous pas tous, des éphémères,
qui nous hâtons à tort?