Chat perché, pas cherché

Publié le par Joëlle Pétillot

Chat perché, pas cherché

Mon chat est vaguement néo-fasciste, pourtant, il s'appelle Baudelaire.  Là, tout n'est qu'ordre et botté.

 

Quand les nuits se font versaillaises.  La galerie me glace, je parle des souvenirs noirs. Dans l'attente du Roi-Sommeil. 

 

Me rouler, m'enrouler, ne plus jamais sortir. Rester dans ce rien de plume, l'aimable néant duveteux d'où rien n'émerge, surtout pas moi.

     Rester, et me tenir couette.

 

Demain est de loin le jour que je préfère. Vivement ce qui n'est pas, et les possibles qui vont avec.

    L'avenir qui dit "pour toujours", c'est le refuge des forts rêveurs.

  

Chat perché, pas cherché

Pour toi, je serai là, sans frémir sous la trop forte brise, celle qui voudrait que mes mains te lâchent, sans m'enfoncer dans cette boue qui aspire, celle qui voudrait que l'on s'oublie.

Contre vents et marais.

 

Mon jardin serait différent sans toi. Il y manquerait un souffle, un léger rire, le jaune et le bleu des mésanges. Le printemps n'aurait pas ce nom.

 

Est-ce que les mésanges ont des angines ? Si oui, les rouges-gorges doivent s'emplumer de rire. Le verbe "se poiler", ici, n'est pas d'usage.

 

Angine ou pas, qu'elles fassent gaffe à Baudelaire.

 

Commenter cet article

Bruno FortuneR 17/03/2017 01:34

Joli jeu de poésie

Pata 16/03/2017 09:46

Des mots gourmands que ces soi-disant paresseux ! Tu restes couette et c'est bien moi qui suis coite devant ces trouvailles !

Joëlle Pétillot 16/03/2017 10:35

Tu en as de bonnes. Des trouvailles. Toi aussi, je veux dire. Bizoupata

Bénédicte 13/03/2017 13:20

A propos de chat, ce poème de Michel Deville lu tout récemment :

Sabotage

Ils avaient fabriqué
Un chat botté
Mais mal :
Il zézayait,
Leur animal.

Moralité
Le saboté.

Michèle Boudier (Capbou) 10/03/2017 10:56

même si le reste du texte avait été mauvais, ce qui est très loin d'être le cas, il aurait été rattrapé par "Demain est de loin........forts rêveurs"

socha 10/03/2017 10:07

Pour un procrastinateur qui se respecte, il y a encore plus gouleyant: le surlendemain!

Les caprices de Cachou 09/03/2017 23:44

J'ai toujours pensé qu'il n'était pas désagréable du tout d'être dans de beaux draps. Surtout si c'est en compagnie de Baudelaire ....

Nouvel (Mauron ) 09/03/2017 19:34

Mais pourquoi veux-tu rester couette, derrière cet eventail de plume ?

Eric C 09/03/2017 18:58

Vivement ce qui n'est pas et les possibles avec....
Je crois que cette phrase va concurrencer ma devise héritée de Brautigan.