Aller sans venue

Publié le par Joëlle Pétillot

Aller sans venue

Le vent encolère les arbres, 

les habille d'un grondement. 

L'ennui enlace délace revient donne à un corps absent les apparences d'une présence.

Quelque chose pleure

le long de ce rude quai d'où un train ne part pas.

Une annonce flotte en permanence

résonne comme un acouphène

parce que toujours

le vent dans les arbres contient la mer.

Petite, je dupais l'attente avec ça.

J'entends ce leurre comme une paix

mais elle fait mal. 

Cet appel, comme une torsion

côtes écrasées. 

-------------------------

La joie est une dague

Un poinçon

Violent

Bref

Le coup assomme

Immense est la seconde qui suit

Les choses dilatées

Tournoient 

Le rire éclate tout en haut

Loin la crête du silence

Et la peau sur laquelle voyage la rivière

Finit par s'enfouir

D'une rive à l'autre jouent les lumières

Et puis

Plus rien. 

 

Publié dans poésimages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michèle Caplet-Boudier 30/06/2017 18:16

apaisante la torsion gracieuse des volubilis, comme un baume pour le coup porté par la joie

Pata 28/06/2017 10:12

Entrée en gare de mots qui emmènent bien plus loin que le train absent...

Joëlle Pétillot 28/06/2017 11:23

Merci ma Pata.

Bénédicte 28/06/2017 09:02

Dans vos poèmes, j'ai entendu le bruit de la mer dans les arbres et la joie qui éclate loin de la crête du silence. Beau voyage... Merci !

Bruno FortuneR 24/06/2017 14:10

C'est drôle, (ou plutôt triste,) comme les mots des uns font sourdre les souvenirs des autres. Ils me rappellent des souvenirs d'enfance que je te raconterai, un jour, peut être.

Colette Daviles-Estinès 22/06/2017 22:29

************

Lionel Droitecour 22/06/2017 18:42

C'est absolument magnifique. Les mots sont coupés au cordeau et les images sont d'une justesse d'aiguille, elles piquent fort, jusqu'au plus infime repli d'enfance...

Eric Costan 22/06/2017 17:47

J'aime cette opposition qui rapproche langueur et joie.
Maîtriser la joie est une quête.

Suzâme 22/06/2017 17:42

"Le vent dans les arbres contient la mer", puis "Loin la crête du silence" enlacent mon âme passante. Ta poésie enveloppe les mots et les nourrit.