Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Passé les vagues

Passé les vagues

Posé dans l’oblique du soir, il y a cet or presque rouge qui pointille les hauteurs, toits ou falaises.

Un silence, celui qu’on reconnaît à la netteté des choses, au froid des contours.

La mer a monté, les bateaux oscillent sur une absence, celle du vent. Le maître du bal est un chalutier dont le sillon claque sur les coques. Les voix cisaillent l’air, rebondissent. Les bruits reprennent leur droit et tout le port balance sur cet entre-deux.

Dans l’eau oscillent des cheveux à méandres, les algues incurvées qui se prennent à la chaîne tendue, à la bouée orange qui ludionne dans son clapot, puis relâchent un peu l’étreinte et semble regarder ailleurs.

L’horizon porte le poids des îles, celui des cardinales, celui de mon passé. Comment autant d’enfance, de pieds nus, de jeu dans les petites flaques des rochers, ces océans pas plus gros qu’une main,  comment autant d’odeurs salées, d’écorchures aux genoux, de sables différents, comment autant de vie peut-elle tenir sur une seule ligne, celle-là même qui fait la terre séparée du ciel pour mieux les lier ?

La lumière l’ignore puisqu’elle joue. La mer continue d’arriver, commence à lécher les coques, l’enrochement, les canots (appelés ici « canotes »). L’œil des pierres fixe la falaise en face, d’où quelques maisons, certaines grandes et belles, la regardent en retour : une immobilité en vaut une autre.

Le temps d’un regard vers le bout du monde et la mer a encore gagné. Elle va bientôt couvrir la langue de sable sec, dont je sais qu’à cette heure il est froid sous les pieds. La grève offerte aux attentes, les bateaux bâtis sur l’adieu : tout s’enclot dans une vie de vague, un cri d’écume qu’un autre écrase à peine fini. L’horizon s’use de regards, descend, consume dans une note jaune sa clarté de pont lavé. 

C’est le moment où tous les océans se ressemblent, jusqu’à ne plus avoir de nom.

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Joëlle Pétillot


Voir le profil de Joëlle Pétillot sur le portail Overblog

Commenter cet article
J
Oh, tu sais mon désintéressement, je fais les choses comme ça, spontanément, sans attendre de merci. ;-))))
Répondre
C
Je reviens à peine, et déjà je veux repartir ... Je ne te remercie pas !!!! ;-)
Répondre
A
Non, tous les océans ne se ressemblent pas, je le confirme, même le soir. Et même le même. L'Atlantique en Guadeloupe n'est pas du tout le même qu'en Bretagne. Il n'y a pas plus de marée sous les tropiques qu'en Méditerranée (du moins ceux que je connais). Et la mer Jaune ? Si tu voyais comme elle est jaune ! Cela dit, le sable froid sous les pieds, je sais ce que c'est ! En Atlantique comme et Méditerranée.... C'est que l'été s'en va et que l'automne s'en vient... Bisous. C'est beau comme une caresse salée.
Répondre
B
Superbe ! Vos mots, l'océan en chacun de nous...
Répondre
J
Merci bénédicte !
B
De la peinture, c'est de la peinture, chaque mot, chaque phrase semble être un coup de pinceau qui peint ce paysage. Merci
Répondre
M
Merci Joëlle. Le temps d’une lecture vers le bout du monde et la mer m'a envahi jusqu'au bout de moi même.
Répondre
C
Superbe tango-tangage en lignes de sel à plusieurs phases et partenaires, constance & succession !
Répondre
C
Enchantement de te lire !
Répondre