Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Top articles

  • De l'extensibilité problématique du rapport à la réalité, chez les distraits.

    31 mars 2014 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    Le propre des distraits est l'extensibilité problématique du rapport à la réalité. En clair, -je l'ai écrit ailleurs, mais persiste et signe-le distrait n'est pas là. Enfin pas toujours. Les actes les plus banals sont souvent accomplis à une distance...

  • La bête en moi

    14 février 2014 ( #poésimages )

    Ce n'est pas moi, c'est la bête en moi qui pleure. Celle que je n'aime pas, cette inconnue qui fait tout à l'envers, farouche petite ennemie qui ricane dans un miroir perpétuel. Poubelle de l'âme, vide-poches de l'âme, rempli de pensées noircies comme...

  • Nommez vous

    12 novembre 2016 ( #poésimages )

    Désorientable À merci La ligne de suite est sans fin Elle trace Quelle émergence au coeur de nuit, quelle fraction, je ne sais pas. J'en compte un si grand nombre Alors que je n'ai pas encore vieilli. La route me dévore, elle ne m'attend plus. Le temps...

  • Ulysse et moi

    29 novembre 2016 ( #Réflexions-fêtes )

    C'est l'homme aux mille tours, Muse, qu'il faut me dire, Celui qui tant erra quand, de Troade, il eut pillé la ville sainte, Celui qui visita les cités de tant d'hommes et connut leur esprit, Celui qui sur les mers, passa par tant d'angoisses, en luttant...

  • Lou la Louve

    03 décembre 2016 ( #Trousse-chemise )

    Lou la Louve a quelques amants Elle les aime, elle leur ment L'Un avait le regard limpide et un sourire-oiseau, un sourire à faire pousser des ailes à celui qui le reçoit. Elle l'avait eu à force de le vouloir. Toutes les filles le voulaient. Il avait...

  • Petite chronique des grandes hontes -21- honte soldatesque et... MASH

    22 mai 2017 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    Cette grande honte sera perçue de façon plus aiguë par les cinéphiles en général, et ceux qui ont vu "M.A.S.H." de Robert Altman en particulier. Mais que les non-initiés se rassurent : elle peut se comprendre sans. Hélas. Je ne reviendrai pas sur mon...

  • Petite chronique des grandes hontes - 22

    12 septembre 2017 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    En dépit de perspectives dénuées du moindre intérêt, je partis ce matin-là d’excellente humeur au travail. Il importe ici, comme souvent dans les hontes Ivriennes, de rappeler certaines configurations de lieux : j’occupais à l’hôpital un appartement sis...

  • Lien d'émeraude

    06 décembre 2017 ( #poésimages )

    C’était un jour de forêt calme Juste le vent tiède ; vous deux Petite et grande côte à côte Et voilà qu’un lien émeraude Est venu comme la vie même Offrir sa sourde vie de bête Juste trois secondes, en bouquet L’enfant riait : La grande racontait des...

  • Détonnant voyageur

    06 janvier 2018 ( #poésimages )

    Je suis énorme de tout ce qui me manque dans cette vie d’où seules les routes ne sont pas absentes. Chaque seconde me dépouille de ce qui reste Le peu qui reste Le rien qui reste Je suis un presqu’humain qui avance nu, plus que mon sang et mes tripes...

  • Hêméra esti

    10 avril 2018 ( #poésimages )

    L’heure incertaine ou l’obscur joue à perdre contre l’aube. Il faut dire pour coiffer un silence au poteau. Même ainsi je ne suis pas sûre qu’il meure. Dire la nuit des choses comme une mort dont on s’éveille, le têtu à vivre, les silences glissés dans...

  • Objets !!!

    22 avril 2018 ( #Râlitudes et grognonages. )

    « Inanimés », qu’ils disaient. « Avez-vous donc une âme », qu’ils demandaient. Toute vie n’est qu’une quête de sens. J’aurai passé une partie non négligeable de la mienne à tenter de comprendre la sourde mais tangible hostilité des objets. Mystère insondable....

  • Porteuse d'océan

    24 octobre 2018 ( #poésimages )

    Je ne connais pas les ténèbres. Le noir tient dans ses profondeurs des fourmis d’étoiles et la lune aux mille visages, hantée d’une lumière qui n’est pas la sienne. Je ne connais pas le silence. Trop de chagrins et de joies humaines fauteuses de trop...

  • Écrits d'écrits

    28 avril 2019 ( #Écrits d'écrits )

    J’aimais Courbet, sans être extasiée devant toute ses toiles. « L’enterrement à Ornans », par exemple, me semblait glaçant : trop grande technique, personnages figés, étrangeté du chien... Pourtant, ses autoportraits, certains paysages, les abîmes de...

  • Couvercle-ciel

    17 mai 2019 ( #poésimages )

    Couvercle-ciel Sous les flaques Gravée aux semelles L’attente Fait parler tout le corps À l’envers. Le chant des toits traversés de murmures Ta main sûre Paume refuge L’eau de ton regard-source Tu me faisais Douceur d’attache Une cour intérieure Chaque...

  • Lettre au jeune homme aux mots de verre

    21 novembre 2017 ( #Rudy )

    Les mots de verre font des brisures Leur transparence donne à comprendre Ne rend pas laide ta maison Parfois ils tremblent dans ta bouche Mais sans la remplir de boue Jamais. « Je souffre encore » dit le jeune homme aux mots de verre. Mais quelque chose...

  • Danseuse rouge

    23 juin 2019 ( #poésimages )

    Ses bras contiennent l’espace et ses possibles. La danse est un envol, et porte valeur d’oubli. Je me souviens de l’odeur de bois du parquet tremblant comme une eau, assourdi de coups lorsqu’après le travail nos pieds chaussaient les pointes et souriaient...

  • Regarder la ville

    04 septembre 2019 ( #poésimages )

    Regardez la ville : il y a foule, et personne. Les marcheurs cadencent leur présence lacunaire, il semble que le trottoir roule sous leurs pieds. La houle de chaussures avance, vers quelle dévoration ? Le ciel témoin saisit l’errance ; il relève du couvercle...

  • Ce nom

    27 octobre 2017 ( #poésimages )

    Il y aurait un lac délivré des cris les chants ne l’atteignent jamais dont la profondeur est vertige un lac froid sous la peau des hommes une tourbe où les pas s’impriment un lac dont la surface attire les reflets l’oiseau traqué la feuille endormie d’automne...

  • Pointe de la Torche

    11 janvier 2018 ( #poésimages )

    Les vagues s’accumulent, se pressent comme une foule, se piétinent, s’assomment, et viennent mourir en fruits éclatés sur un bord dont le sable gronde. La mer pressée de couleurs inconnues combat et hurle un chant déchiré de sanglots qui dévastent l’écume...

  • Petite chronique des grandes hontes -14-Embrasse moâaatchii

    30 décembre 2015 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    On peut rater bien des choses dans cette vie: un examen, un rendez-vous, un bus, une sortie d’autoroute, un rôti, un poème. Pas grave. Mais il en est une qui ne se peut louper, en aucune façon, jamais : j’ai nommé le baiser en général, et surtout, LE...

  • C'est maintenant

    17 décembre 2015 ( #poésimages )

    C’est une promenade où tous les temps s’amusent.Celui qui passe, celui qu’il fait. Soudain, la perfection du moment est telle qu’on ne vieillit plus. Les voix tirent des bords près de l’eau, deux rives coupantes au soleil diagonal ralliant le lac battu...

  • Passage des innocents

    23 septembre 2015 ( #poésimages )

    Marcher dans cette obscurité revient à se mettre en danger, entendre les nocturnes pousser leur longue note acérée ou funèbre ; ce cri lourd de tant de douleur que la peur d’eux les a vus, en une époque supposée plus barbare que la nôtre, crucifiés aux...

  • Les jours différents des autres - 13 -

    11 août 2015 ( #Carnets de guerre de mon père )

    « Va pour Méru », écris-tu dans l’épisode précédent… Ton irritation grandit dans ta recherche éperdue d’une compagnie introuvable, et le foutoir ambiant. Où l’on sent dans ces moments difficiles, pétard environnant et angoisses diverses, ta reconnaissance...

  • Silence contre

    25 juin 2018 ( #poésimages )

  • Sud

    18 avril 2018 ( #poésimages )

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>