Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Éos

Éos
Avancer dans les cils rebelles des dunes

au centre, une lumière 
brisée d'ailes
le monde se regarde
comme à travers une vitre mouillée
les noms 
ricochent en faisceau

Tombe alors le surnuméraire 
sous l'ourlet de la nuit 
grignoté d'aurore
à coup de becs pointus 
chantant noyés d'azur
l'indiscipline de l'herbe
la venue du matin
la fin de l'écho des paresses

Si haut, leur vol, 
cet appel infini
infiniment repris
vers la lente multitude
des oubliés.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Joëlle Pétillot


Voir le profil de Joëlle Pétillot sur le portail Overblog

Commenter cet article
T
Au top :) Merci pour cette page, au plaisir de vous voir. ❤
Répondre
V
Et Pi, c'est tout !
Répondre
A
Coucou Joëlle, chaque fois, ce bonheur, à te lire, de rentrer en un espace privé, sacré, différent, silencieux, où se passent des choses universelles, intimes, fortes, chuchotées, où s'accomplissent des gestes mystérieux même à ceux qui les font, et on voit bien de quoi tu parles sans trop savoir s'il s'agit de ce qui apparaît. L'indiscipline de la vie, son impensable puissance chahutent alors le temps d'un poème, derrière des mots de silence, aussi indescriptibles que des cris d'étourneaux.
Répondre
A
Coucou Joëlle, chaque fois, ce bonheur, à te lire, de rentrer en un espace privé, sacré, différent, silencieux, où se passent des choses universelles, intimes, fortes, chuchotées, où s'accomplissent des gestes mystérieux même à ceux qui les font, et on voit bien de quoi tu parles sans trop savoir s'il s'agit de ce qui apparaît. L'indiscipline de la vie, son impensable puissance chahutent alors le temps d'un poème, derrière des mots de silence, aussi indescriptibles que des cris d'étourneaux.
Répondre