Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La nuit en couleurs

Beauté du Diable (La chute)

Beauté du Diable (La chute)

L’idée de cette lumière tenue de Toi m’était insupportable. Ces dix mille étoiles à mon front par ton seul vouloir m’écorchaient comme une brûlure. Je suis un ange qui sait la douleur. Je tomberai avec un sifflement de serpent, avalé par la nuit qui est...

En savoir plus

L'or sur le verre

L'or sur le verre

Petite chronique des grandes hontes- 30- Mytho jolie

Petite chronique des grandes hontes- 30- Mytho jolie

J’étais dans la trentecinquaine, soit il y a vingt-cinq minutes. J’avais une fille, que j’ai toujours, ce dont je me félicite chaque matin. Troisième d’une fratrie composée de deux frères ainés. Ce qui l’a rendue résistante, guerrière, batailleuse, obstinée,...

En savoir plus

Le silex des jours, Philippe Colmant

Le silex des jours, Philippe Colmant

Lorsqu’il nous est donné de lire de la poésie, qui s’invite ? Thématiquement s’entend. En vrac : le temps, la mer, la mort, les arbres, le ciel, les oiseaux. Sans oublier la pierre, les chemins creux, les morts, les vivants, le passé, l’enfance, l’humanité,...

En savoir plus

Shichi-go-san.

Shichi-go-san.

Schichi-go-san. Fête des enfants, où les filles de trois et sept ans, et les garçons de cinq, vont au temple en habits traditionnels. Fixé au 15 novembre. Lettre entrouverte à vous, mes petites-filles. Tissé bout-à bout, mon temps de vous est fait d’attente...

En savoir plus

Sans boussole

Sans boussole

Quelqu’un fait de constance et de respiration a passé dont les veines coulent comme des fleuves. Lui survit un battement d’étoiles ou peut-être rien. Possession, lente et malade signature. Rester, juste rester au milieu de soi le plus nu possible. Le...

En savoir plus

Défaites vous

Défaites vous

La maison porte son cœur d’automne, alenti sous une pluie fine poudrant les fenêtres sans un bruit. Dehors un gris têtu arase le jardin de son absence de roux, de lumière, de nuance. Ne brillent plus qu’un reste de vert mouillé, un arbre malheureux, les...

En savoir plus

Petit Atlas

Petit Atlas

Tendre vers tant de légèreté Qu'on pourrait provoquer D'un battement de cils Sa propre assomption. Soulève de tes épaules le plomb du monde Démets-toi du poids de la terre Vole, petit Atlas.

En savoir plus

Regarder la ville

Regarder la ville

Regardez la ville : il y a foule, et personne. Les marcheurs cadencent leur présence lacunaire, il semble que le trottoir roule sous leurs pieds. La houle de chaussures avance, vers quelle dévoration ? Le ciel témoin saisit l’errance ; il relève du couvercle...

En savoir plus

L'ombre-aile

L'ombre-aile

Aimer le monde au bouclé du bruit des fontaines, lever des cercles d'or qui dévorent l'espace jusqu'au bord. Tu le fais avec la lumière qui géométrise ta paume ; cette main de délicatesse où les tirets s'impriment, intrigants dans leur fixité. Le silence...

En savoir plus