Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Top articles

  • Petite chronique des grandes hontes 26- Compte à dérégler, Irlande. Prise 1

    15 mars 2018 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    Harpe et flûte, Guiness et The Pogues, ploum, ploum ♪♫♪♫ Parce que c’est vous, je vous la fais à la Garcia Marquez : bien des années plus tard, je devais me rappeler ce jour lointain où… …Je ne fis pas connaissance avec la glace, contrairement au Colonel...

  • Petite chronique des grandes hontes- 25- Les zanzans

    31 janvier 2018 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    Enfant, longtemps je me suis posée des questions, à défaut de me coucher de bonne heure. Était-ce lié à mon oreille interne ? Une distraction innée ? Une inaptitude ? Toujours est-il que certains mots me revenaient déformés avec facétie, comme si ma propre...

  • Petite chronique des grandes hontes - 24- À poil !

    08 janvier 2018 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    Petit rappel pour les non-initiés : quand je parle de grande honte Ivrienne, cela signifie que les événements se sont déroulés à Ivry-sur-Seine, au sein de l’hôpital où j’ai sévi durant deux décennies et des broquilles. En étant logée sur place, détail...

  • Vienne la nuit

    08 novembre 2017 ( #poésimages )

    V ienne la nuit et l’être qui tremble au milieu, s’il nous ressemble, doit lutter. Morbide volupté que le sommeil du monde, à ne pas y plonger, à relever du vertical, à piétiner les paupières closes avec un relief inquiétant. Vienne la nuit et je répète...

  • Petite chronique des grandes hontes - 23 - Le pic-vert

    11 octobre 2017 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    D’ordinaire, ces grandes hontes émergent d’une brume ancienne, une-ou-deux minuscules-décennies-plus-tôt, autant dire deux jours en temps-de-Joëlle, vu ma notion du rapport au temps plutôt… personnelle. (Cf Grande honte n°15, Rapport au temps, tantan...)...

  • Pseudo-Marcel

    28 septembre 2017 ( #Pasticherie boulangée )

    Madame, Lorsque j'ai emménagé dans cette charmante demeure, vous m'aviez recommandé alors le voisinage, constitué, je cite : "de personnes de qualité qui ne vous causeront aucun ennui" et si j'en juge par la façon toute particulière dont le temps s'écoule...

  • Aller sans venue

    22 juin 2017 ( #poésimages )

    Le vent encolère les arbres, les habille d'un grondement. L'ennui enlace délace revient donne à un corps absent les apparences d'une présence. Quelque chose pleure le long de ce rude quai d'où un train ne part pas. Une annonce flotte en permanence résonne...

  • Blanc votre visage, d'après un portrait peint par Denise LOUIN

    25 mai 2017 ( #poésimages )

    Blancs sont les mots gisants dans vos lèvres fermées. Blanc le tissu qu’on devine léger à la pulpe des doigts, comme vos contours émergeant de l’obscur en un demi-sourire hurlant l’immensité de vos secrets. La douceur met vos mystères dans la clarté des...

  • Les âmes nues

    22 avril 2017 ( #poésimages )

    Quel Nom traverse au loin les pierres ? Entre le bord hurlant et l’imprononcé des prières, la fragilité d’un seuil. Entre les haillons du paraître et l’aube des âmes nues dans leur dépouillement, un appel sous les arches parées de résonances. Entre la...

  • Petites absences

    26 février 2017 ( #poésimages )

    Le temps métronome Tictaque dans le silence Un conte pour enfant. Des voix entrent en résonance Trouent la croisée des murs Les petits pas serrés Tricotent le tour du monde sur un jardin soumis, le mien. Depuis une fenêtre Au chaud dans mes bras L'un...

  • Mal de mer

    21 février 2017 ( #poésimages )

  • Petite chronique des grandes hontes - 20 -

    07 février 2017 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    Honte boulangère. Ce n’est pas la première, (cf ICI) Je la divulgue sans un atome de vergogne alors même qu’elle ne m’appartient pas. Bienvenue à tous dans ma part d’ombre. Où domine une sournoiserie aux proportions du désert du Sinaï. Je me souviens...

  • Nocturne

    16 décembre 2016 ( #poésimages )

    Nocturne. Parfois, il s'agit de musique. Mais pas n'importe laquelle: celle qui te sortait des doigts, même noueux et un peu déformés par l'âge. Si peu. Je te revois, bien droite, tes cheveux blancs-gris que tu n'avais jamais colorés parce que tu trouvais...

  • Petites chroniques des grandes hontes -19-

    19 octobre 2016 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    Situation : années quatre-vingt, tout début. Je suis la mère comblée d’un second petit garçon, âgé de trois ans et quelques, quand son aîné atteint ses neuf en force et en douceur. Comme je l’ai dit ailleurs, les deux ne sont pas nés de la même union....

  • Petite chronique des grandes hontes -18- Diverses, brèves et profondes... trois pour une

    07 mai 2016 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    Bien des années auparavant, existait rue de Rivoli à Paris un local tout en longueur, un ancien machin reconverti en genre de foir’fouille tout-a-dix balles, (ou cinq, je ne sais plus, ce qui n’a pas une importance majeure). C’était une sorte de couloir...

  • svt : La périophyte

    01 avril 2016 ( #Réflexions-fêtes )

    La périophyte, du fait qu’elle se nourrit de radioles, a du mal à se développer sur terrain infravibratile, peu propice à l’accueil des hyalosiludacées dont elle fait partie (bien que la classification tertiaire des éphlangylées dite « Classification...

  • Petite chronique des grandes hontes - 17- Poilée rustique

    15 février 2016 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    Les heures passées en réunions stériles à l’époque de ma gloire professionnelle hospitalière gnagna me reviennent avec une acuité d’autant plus délicieuse que j’en suis à jamais dispensée. C’était la plaie, les réunions. Un calvaire. Je souffrais d’autant...

  • Rudy M

    04 février 2016 ( #Rudy )

    Il y a eu ces deux jours où nous nous sommes vus, mon jeune homme autre, mon différent. Tu es adulte, maintenant, même si tu restes en dépit de tout mon enfant-lumière. Longtemps que nous n’avions pas eu de temps ensemble, rien que toi et notre espace,...

  • Lichette

    03 février 2016 ( #Trousse-chemise )

    Dis, si j'étais une tartine Est-ce que tu me mangerais ? Couverte d'une couche fine De beurre au bel éclat doré Ou bien ruisselante de miel Comme font l'arbre et le soleil Quand la lumière à plein ruisselle En plein été, l'envolée belle Ou bien brune...

  • Léger florilège de projets pour déranger les gens

    23 janvier 2016 ( #Réflexions-fêtes )

    Ecrire un livre abscons, dans le genre imbitable - neuf cents pages imprimées petit - et l'intituler : "Éloge du flan". ____________________________ Gros gâteau, trois convives. Prendre, en se servant la première of course, le plus conséquent morceau...

  • Emoticonne.

    16 janvier 2016 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    L’agaçant, quand on fait partie des émotives contrôlées, c’est que personne ne vous croit si vous avouez : - Etre timide Commentaire incontournable : « Naaaann, pas toi ! » Petit rajout, (voix étouffée) : Si ? » - Deuxième couche : incapable de réserver...

  • Rapport au temps, tantan ♪♫♪♫♪

    07 janvier 2016 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    J’ai avec ce que les philosophes nomment le « rapport au temps » des difficultés, du moins aux yeux des fâcheux étriqués : ceux qui regardent leur montre. Que l’on ne se méprenne pas : portée à la ponctualité, détestant attendre ou faire attendre, commençant...

  • Petite chronique des grandes hontes -13- VENISE, NISE, NISE… ♪♫♪♥

    30 octobre 2015 ( #Petite chronique des grandes hontes )

    Aaah, Venise… J’en garde une foule de souvenirs bien doux, mais vous n’en aurez pas la teneur pour d’évidentes raisons de vie privée. Ville ô combien dévolue aux transports amoureux, Venise se prête toutefois avec la même grâce à la complicité amicale....

  • La papillonne

    28 octobre 2015 ( #poésimages )

    Le sommeil, château imprenable, coquette qui se refuse. Les pensées traversières D’un mur l’autre habitent là un moment, et volent sans brise Vers l’envers de tout. La petite fille blonde azurée d’un sourire, croisée un instant dans une ville au sud et...

  • Les jours différents des autres -18- FIN

    04 octobre 2015 ( #Carnets de guerre de mon père )

    A Evreux enfin je fais hospitaliser le blessé qui aura bien gagné son repos, et me prépare à reprendre mon enquête lorsque nous nous apercevons que nos montres marquent deux heures passées et que nous avons faim. Nous décidons qu’un solide casse-croûte...

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>